tiers_milleniaux_parent

Les milléniaux : ces nouveaux boomers!!

Alors que la génération X pensait bien se débarrasser une fois pour toute des boomers pour pouvoir enfin s’épanouir, voici que les milléniaux se décident eux aussi à empoisonner la vie des X qui se retrouvent face à cette génération de bébés gâtés peureux qui ont décidé de rayer du dictionnaire les mots effort, motivation et savoir vivre.

Le millenium type cadre bien dans la mentalité boomer.

Ceux que l’on appelle aussi la Génération Y ou «la génération plate» ne sont pas à blâmer individuellement pour leur attitude. C’est un groupe d’individus élevés dans la ouate par des parents qui ont exercé sur eux une sur-protection qui peut être expliquée par une période ou le GHB, les enlèvements d’enfants et la pédophilie furent étalés au grand jour et propulsés par l’arrivée massive des réseaux d’informations en continue assoiffés de scandales qu’ils martèlent à l’infini.

Ces enfants ont rendu leurs parents coupables de ne pas les avoir encadré, dompés dans des garderies, ou chez l’autre parent, une fois le divorce bien consommé. Tout ce beau monde a ensuite trouvé logique de continuer de rester coller ensemble plus longtemps au grand dam de cette société en manque d’adulte face à cette génération qui fuit les responsabilités bien confortablement installée dans le sous-sol de la maison familiale à étaler leurs réflexions sur un monde auquel ils refusent de s’impliquer autrement que de façon virtuelle.

Bien des choses ont contribué à forger la nature de ceux qui sont maintenant âgés de 25 à 35 ans, oubliés par des parents trop occupés par leurs carrières, dégriffés à l’école par des profs syndiqués et dégenrés par des gouvernements en perte de contrôle, trop occupé à plaire à des groupes de pression, oubliant la classe moyenne qui génère pourtant la grande majorité de leur budget!

Un Y type veut tout sans vouloir en payer le prix. Ll a contribué à placer Justin Trudeau à la tête du pays, une pâte molle à leur image: belle apparence, dépensier, incompétent, stupide, aux valeurs douteuses impossibles à définir tellement elles sont élastiques.

5 choses qui relient les boomers et les milleniaux:

1- Opportunisme

Les boomers ont hérité de jobs qu’ils ne méritaient pas vraiment, dans une période ou on pouvait devenir ce qu’on voulait sans tenir compte des compétences et de la scolarité. Le résultat fut catastrophique à bien des points de vues alors qu’une élite d’affaire, politique et culturelle provenant de cette génération a pris le contrôle de la province bien trop longtemps pour en faire le fiasco que l’on connait aujourd’hui: Un endettement incontrôlable et normalisé pour des services et des infrastructures en régression. Ces personnes se sont accrochés à leurs statuts protégés par un système qui récompense l’ancienneté davantage que le rendement et la compétence.

La génération Y avance dans un sentier similaire, ces grands dénonciateurs du réchauffement de la planète sont les plus grands consommateurs de produits jetables vu qu’ils ne peuvent rien construire ou réparer de leurs propres mains. Ils sont aussi plus endettés que les générations précédentes et seulement imaginer qu’ils vont prendre un jour le contrôle des postes clés de notre société donne des frissons.

2- Égocentrisme

Alors que les boomers ont saccagé l’environnement, l’éducation, le système de santé et les infrastructures, plus motivés par leur convention collective que le bien collectif, les milléniaux ont développé le goût de réussir sans faire d’effort passant d’un emploi à l’autre en pensant qu’un prochain employeur leur donnera le titre de PDG un mois après leur arrivée, tout ça en demeurant toujours chez leurs parents, évidemment.

3- La génération gonflable

Sachant que les boomers ont vécu confortablement à crédit sur la prochaine génération, les milléniaux vivent de la même façon mais cette fois au crochet des banques. Ces deux générations ne connaissent pas les sacrifices, ils ont ce qu’ils veulent tout le temps, l’important est de combler le désir du moment et d’être mieux que son voisin avec qui on se compare à travers son téléphone payé à crédit. Vous remarquerez que c’est aussi le retour de l’expression «année sabbatique» pour ces milléniaux, expression qui fut enterrée à l’arrivée des X trop occupés à travailler pour réparer les excès des boomers et à servir de parents à la génération suivante.

4- L’apparence d’abord

Le flower power des boomers étaient très axé sur l’apparence, alors qu’il était très important pour cette génération de montrer au grand jour la façon de vivre qu’ils avaient privilégié: Sandales, sabots ou pieds nus, vêtements en cotons fleury, fin les brassières, on ajoute du poils et enlève le désodorisant. C’est définitivement une génération qui aura laissé sa trace dans tous les sens du terme! Les milléniaux? Même combat! Ils affichent leur bonheur sur les réseaux sociaux, leurs voyages, leurs condos, leurs voiture, leurs cuisine en inox, leur voitures électriques, leurs vêtements signés en provenance de Chine, tout ceci techniquement leur appartient pas, évidemment, les banques n’ont jamais fait autant de profits! L’important est ce que l’on projète, pas ce que l’on est vraiment. Un conseiller financier avec ça?

5- Valeurs similaires

«La liberté oui, mais que pour nous» semblent dire en coeur ces deux générations jumelles, la censure étant au centre de leurs préoccupations. Alors que les boomers ont monopolisé l’espace publique pendant trop longtemps, éliminant subtilement tous ceux qui se rebellaient face à leur système voué à l’échec, les milléniaux de leur côté divisent la population en multiples sous groupes, inventant même de nouveaux sexes et genres pour libérer toutes les exceptions de la société qui ont maintenant toute la place dans nos médias, au détriment de la vaste majorité qui, encore là, doit travailler encore plus fort, pour répondre aux nouveaux besoins de ces nouveaux tarés, ces boomers 2.0, qui nous font perdre un temps fou avec leurs débats stériles.

En résumé, les X ne sont pas sortit du bois, alors qu’ils sont dispersés à travers les médias mais n’en possèdent aucun, prennent tranquillement de la place dans les différents gouvernements sans diriger aucun parti. Mais ils sont maintenant à la tête d’entreprises dans un monde de plein emplois, en cherchant de la main d’oeuvre qu’ils doivent recruter chez ces boomers qui s’ennuient ou qui ont tout misé dans des machines à sous qu’ils ont étatisés, ou chez ces milléniaux qui veulent des conditions qu’eux même ne peuvent même pas se permettent!

Donc tout-va-très-bien!

 

 




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre